Pendant ce temps de Carême 2021, nous vous proposons d’approfondir les vertus : un moyen positif de se convertir !

“La vertu est une disposition habituelle et ferme à faire le bien. Elle permet à la personne, non seulement d’accomplir des actes bons, mais de donner le meilleur d’elle-même.” Catéchisme de l’Eglise Catholique (CEC) n° 1803

3ème dimanche : la foi

« Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Jn 2, 18-19

La foi est la vertu théologale par laquelle nous croyons en Dieu et à tout ce qu’Il nous a dit et révélé, et que la Sainte Église nous propose à croire, parce qu’Il est la vérité même. Par la foi ” l’homme s’en remet tout entier librement à Dieu “. C’est pourquoi le croyant cherche à connaître et à faire la volonté de Dieu. ” CEC n°1814

Le disciple du Christ ne doit pas seulement garder la foi et en vivre, mais encore la professer, en témoigner avec assurance et la répandre. CEC n°1816

Quelle est grande la foi du Fils envers son Père ! Tout homme qu’il est, il sait que sa mort ne sera pas le dernier mot et que le Père le ressuscitera. Cette foi, il la prépare chez ses disciples qui se souviendront de ses paroles… Cette foi, la vraie, il veut la susciter chez ces hommes qui détournent le Temple du seul service de Dieu, en le transformant en « zone commerciale ». Finalement, cette foi, il veut la faire briller dans notre vie de chrétien.

Est-ce que je crois en ce que dit l’Evangile ? En ce que dit l’Eglise ? Pourquoi ne pas parler de ce qui bloque avec une personne de confiance pour avancer dans la foi ?

2ème dimanche : la tempérance

“Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, […]. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole.” Mc 9, 9-10

« La tempérance est la vertu morale qui modère l’attrait des plaisirs et procure l’équilibre dans l’usage des biens créés. Elle assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et maintient les désirs dans les limites de l’honnêteté. La personne tempérante oriente vers le bien ses appétits sensibles, garde une saine discrétion et ” ne se laisse pas entraîner pour suivre les passions de son cœur “ (Si 5, 2 ; cf. 37, 27-31). »  CEC n°1809

Pierre, Jacques et Jean sont les témoins privilégiés de la Transfiguration de Jésus, de l’apparition de Moïse et d’Elie et de la belle parole du Père adressée à son Fils. Mais ils doivent tempérer leur étonnement, leur enthousiasme et même leur orgueil d’avoir été choisi pour vivre cet évènement ! C’est dans le silence de leur cœur qu’ils garderont cela jusqu’à ce que la gloire du Christ soit mise au jour.

Dans le vif de mon quotidien, comment m’exercer à plus de tempérance ? Comment orienter mes désirs vers le bien ?

1er dimanche : la prudence

“Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan.” Mc 1, 12-13

«  La prudence est la vertu qui dispose la raison pratique à discerner en toute circonstance notre véritable bien et à choisir les justes moyens de l’accomplir. »   CEC n°1806

Jésus fait une retraite ! Si l’Esprit le pousse au désert, avant de débuter sa vie publique, ce n’est pas pour qu’il soit tenté. Mais c’est pour vivre un temps d’intimité profonde avec son Père… un temps où puiser dans le cœur du Père,  à la Source, la Vie pour nous la donner. Alors forcément que le Malin s’en mêle !

A l’aube de notre vie d’adulte, pour faire les choix qui détermineront notre avenir, agissons avec prudence en nous donnant les moyens de discerner ! Partons au désert avec Jésus !

Mercredi des Cendres : la justice

 “Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer.” Mt 6, 1

Jésus nous invite à la discrétion pour donner à Dieu et aux autres ce qui leur est dû. Il nous conseille de rejoindre ce lieu secret qu’est notre cœur… Lieu où nous redoutons peut-être de nous rendre… Mais lieu où la justesse et la vérité de nos actes se fait entendre… Un lieu, où apprendre à être vrai !

“La justice est la vertu morale qui consiste dans la constante et ferme volonté de donner à Dieu et au prochain ce qui leur est dû. La justice envers Dieu est appelée ” vertu de religion “. Envers les hommes, elle dispose à respecter les droits de chacun et à établir dans les relations humaines l’harmonie qui promeut l’équité à l’égard des personnes et du bien commun.” CEC n°1807

Dans le secret de mon cœur, dans la discrétion de ma vie, comment puis-je travailler à être un homme, une femme plus juste ?

Catégories : Divers

ultricies Praesent pulvinar in Donec quis, ante. ipsum Praesent tempus Aliquam commodo