Un groupe de jeunes de Troyes s’est rendu en Pologne à Wroclaw pour participer à la rencontre européenne organisée par la Communauté de Taizé. Une Sœur Oblate était du voyage. Une autre est partie d’Autriche pour être volontaire. Voici quelques témoignages :

Pause photo de notre petit groupe devant la gare
Charlotte pendant la fête des peuples

 Mon meilleur ‘moment lumière’ c’était quand je suis allée à la croix. Pendant que j’attendais mon tour, je me sentais en communion avec les personnes qui chantaient dans l’église. J’étais un peu perdue dans la masse, hésitante dans cette foule, mais heureuse d’y aller. Et au moment où j’ai posé mon front sur la croix, c’est comme si j’avais déchargé mon sac de fardeaux. Qu’il ne m’appartenait plus. Puis j’ai pensé à la prière de Charles de Foucauld et je me suis dis que je n’avais qu’à faire confiance. Pendant ces quelques minutes, j’ai vraiment ressenti que j’étais unique. Comme si j’avais de la valeur. Comme si c’était pour me rassurer. Comme si les chanteurs n’étaient plus à coté de moi mais avec moi. Comme si nous étions tous au pied de la croix.  Charlotte

Ces rencontres m’ont permis d’adorer le Christ par les chants et de retrouver une paix intérieure. J’ai pu déposer tous mes fardeaux par les prières et repartir bien dans cette nouvelle année. Enfin je me permets de partager cette pensée : ces rencontres permettent aux chrétiens d’être unis dans la prière sans regarder si nous sommes catholiques, protestants ou orthodoxes. Le fait d’être des chrétiens unis donne plus de valeurs à ces rencontres.  David

Nous avons été accueillis dans une paroisse avec 100 autres jeunes de 7 pays différents

Le plus beau moment était quand je suis arrivée. C’était pendant la prière du soir : de rentrer dans cette atmosphère, de mettre les bagages quelque part, sans avoir peur de ne plus les retrouver, et de se laisser prendre par cette attitude de prière.

J’ai pensé qu’en étant volontaire, je devrai travailler. Mais ce n’était pas un travail comme je l’avais pensé : on m’a demandé de chanter dans la chorale. Il faut savoir, que j’ai toujours un peu peur de devoir chanter – et voilà me voici dans la chorale ! C’était peut-être un clin d’œil de Dieu ?

Sr Lydia-Alexandra

Je retiens de cette rencontre européenne la simplicité des échanges entre les participants et dans la famille : attendre dans la file pour le repas, ou prendre le tram devient une occasion de rencontres et de partages.  Une simplicité et spontanéité qui est difficile dans notre vie quotidienne, mais qui là, sont évidentes. Et elles ne sont pas contraires à une grande profondeur dans les conversations. 
Il est beau de voir que des jeunes se mettent en route, réfléchissent et veulent prendre Dieu avec eux dans leur vie.   Sr Jeanne-Delphine
Sr Jeanne-Delphine avec la famille qui l'a accueillie
Catégories : Divers

Praesent ut ultricies mattis pulvinar odio